Les villes exigent une politique du logement abordable - Les villes exigent une politique du logement abordable

Naviguer jusqu'à logements abordables

Navigation

|

Les villes exigent une politique du logement abordable

L’Association suisse des locataires (ASLOCA) regrette le refus de l’initiative populaire « Davantage de logements abordables ». Elle invite les adversaires à réaliser leurs promesses désormais. Responsables politiques et milieux adverses doivent ainsi entendre la volonté des villes et des cantons qui ont approuvé l’initiative, pour y augmenter rapidement les habitations à loyer modéré avec les moyens nécessaires.

Avec 43% de OUI, le refus de l’initiative est une déception. Le résultat du vote est cependant remarquable, en regard des millions dépensés par le lobby immobilier et des contre-vérités de sa campagne. Dans de nombreuses villes et communes, dans plusieurs cantons (Bâle, Genève, Jura, Neuchâtel, Vaud), l’approbation de l’initiative montre le besoin d’agir partagé par une large part de la population, qui veut des mesures plus fortes.

Avant la votation, les milieux adverses ont souvent souligné qu’il faut résoudre les problèmes d’habitation où ils se posent localement. Les actes doivent suivre désormais. L’ASLOCA appelle donc les adversaires à contribuer à préserver et créer des logements abordables, en prenant sans tarder les mesures nécessaires, en particulier dans les communes et les cantons ayant approuvé l’initiative. Elle rappelle la Confédération à son devoir de prendre résolument les mesures pour «abaisser les coûts d’habitation» - sur la base de l’actuelle Constitution qui encourage la construction de logements.

Accroître les prêts de la Confédération – baisser les loyers selon le taux de référence

Le fonds de roulement existant, qui assure des prêts aux maîtres d’ouvrage d’utilité publique, est réalimenté de 250 millions de francs sur dix ans par le vote d’aujourd’hui. Cela ne permettra malheureusement pas d’augmenter la part des logements coopératifs au sein du parc d’habitation. C’est pourquoi l’ASLOCA demande des moyens financiers supplémentaires en faveur du fonds. Elle soutiendra les propositions déposées au Parlement dans ce sens. Le taux hypothécaire de référence diminuant prochainement, elle réclame la baisse des loyers à laquelle les locataires ont droit.

Préserver les droits des locataires

Par ailleurs, l’ASLOCA combattra les péjorations du droit du bail, que le lobby immobilier exige au Parlement – à l’exemple d’un plafond des rendements quatre fois plus élevés pour calculer les loyers (initiative parlementaire d’Olivier Feller) ou la contestation de loyers abusifs rendue impraticable (initiatives parlementaires de Philippe Nantermod).

Plus d'articles

|

Tour Bel-Air: stop à la spéculation

line

Hier soir, l’appel est apparu en lettres rouges et blanches sur la façade de la tour Bel-Air à Lausanne pour la votation du 9 février : oui à davantage de logements abordables – stop à la spéculation. Les flyers distribués au centre-ville évoquent en particulier la résistance à Crédit Suisse, qui a congédié quelque mille locataires à Lausanne, Bâle et Zurich pour transformer les immeubles et faire bondir les loyers.

|

Les loyers restent trop chers malgré des appartements vacants

line

L’Association suisse des locataires (ASLOCA) constate que les loyers ne diminuent pas, malgré un plus grand nombre de logements vacants. Le taux de vacance reste largement inférieur à 1.5% dans neuf grandes villes suisses sur douze.

|

Oui toujours puissant pour davantage de logements abordables

line

Le sondage Tamedia et 20 minutes sur l'initiative " Davantage de logements abordables " (2ème vague) montre un taux d'approbation toujours élevé de 60%. Ce n'est pas surprenant, quand on voit que la hausse des loyers et le manque de logements abordables figurent parmi les principales préoccupations des Suisses.